Des géants à Baulers … (Rif tout dju)


Logo_rif

De nombreuses versions de l’apparition des géants dans les cortèges, surtout religieux, ont couru et courent encore. Dans un premier temps, nous allons en mettre une en évidence, la version qui implique, à l’image du récit biblique, le combat de David contre Goliath, la force face à la ruse. C’est d’ailleurs la légende la plus répandue dans l’humanité entière, de Bolivie en Martinique en passant par nos contrées, surtout le Hainaut. Il serait trop long de décrire dans les détails les sublimations successives de ce combat admiré entre tous. Et sachez-le : il semble que Nivelles détient la tradition la plus ancienne de “monstration” de géants, puisque c’est probablement avant 1433 qu’est apparu le personnage aclot et sa moitié, sous le nom, quelque peu oublié à l’ombre de la collégiale, de “Golias” – voir le récit de l’abbé Michel Renard – devenu, par la volonté populaire semble-t-il, “Argayon” tel que nous le connaissons aujourd’hui. Sachez encore qu’à Ath, le géant principal se nomme Goliath, et que l’avenir de la ville dépend du jet d’une balle par un gamin du cru dans une poche arborée par le géant.

C’est en novembre 2012 que la nouvelle nous a été confiée : des géants vont débouler dans le village cher à saint Remy, question de le redynamiser dans un tout premier temps. C’est un membre du Comité de la Fête des Géants qui nous a bien volontiers éclairé sur le pourquoi de cette initiative exclusivement villageoise. Invitation dès maintenant pour la première apparition de ces “grands messieurs” le 23 mars 2013. Outre la présentation des participants, il y aura, pour esbaudir les spectateurs, dont vous ferez partie sans le moindre doute, un cortège rassemblant les divers géants proposés à la sagacité d’un jury sérieux et impartial.

Tant qu’on y est, voici les noms des organisateurs de cette première réjouissance baulersoise : François HANSE (président), Francis POURTOIS, Ludovic DUCHATEAU, Quentin HUBAUX, Simon CHAPELLE, Olivier DELNOOZ, Benoit GIROUL, Vincent DE HULTS, Gauvain DUMONT et Valentin COLPAERT.

Comite_rif

En fait, l’idée a jailli de l’inventivité de deux jeunes gens, François HANSE et Thibault RICHELOT. Malheureusement, ce dernier nous a quittés il y a quelques mois, vaincu par une terrible maladie. Et c’est en son souvenir ému que tous les autres engagés ont tenu absolument à finaliser le projet. L’asbl “Tipi dans les étoiles” sera présente ce jour. Elle a pour but d’aider les familles face à la maladie et de collecter des fonds pour la recherche (www.tipidanslesetoiles.be).

Suite du programme : diverses activités pour ce jour-là, qui se situe une semaine avant la fête de Pâques : accueil – chasses aux trésors pour les plus jeunes – barbecue géant, c’est le cas de le dire – départ du cortège de la Cité Jardin, en musique (école de tambours, viole, batterie de gilles) et en présence du géant baulersois et des géant Nivellois – retour a la lueur des flambeaux à la Cité – Brûlage du “mauvais géant” (fabriqué par le comité) – feu d’artifice – soirée dansante sous chapiteau.

Quels géants ? Le contact a eu lieu, milieu 2012, avec différents mouvements de jeunesse, des écoles et associations locales, mais tout groupement qui désire s’associer à la redynamisation du village est le bienvenu. Avec comme but d’ancrer profondément ce folklore dans le village (contact : baulersevent@hotmail.fr et Facebook : “Fête des Géants de Baulers”).

Lors de la fête, “El Pierdu” sera mis à l’honneur. Quoi de plus naturel pour le premier géant issu du village ! Son papa n’est autre que Joseph VAN AERSCHOT, sa marraine Paulette HERRENT et son parrain André ORBAN. Si la naissance du géant perdu est récente, sa légende est déjà bien présente dans Baulers.

Jos_rif

El Pierdu et Joseph VAN AERSCHOT avec la tête du Pierdu

Un soir, Paul BRUNEAU (décédé en 1636), époux de Jeanne RENART (*), revenait de la Croix-Hayette. Un épais brouillard d’hiver l’empêcha de retrouver le chemin de sa demeure. Il risquait de s’enfoncer dans les marais ou même la forêt de Soignes qui, dit-on, s’étendait jusque là. Le tintement de la cloche de l’église Saint-Remy le réorienta jusqu’à son foyer. Depuis lors, la “sonnerie au pierdu” retentit chaque soir dans Baulers.

La poésie, ci-après, est inspirée de cette tradition. Elle sort de la plume d’un ancien baulersois, membre de la Société de littérature wallonne. Les scouts de l’unité du village entonnent encore ce bel air.

ON SOUNNE AU PIERDU

Quand l’brunne arriffe et que dins tout l’village,
Tout l’monde destelle, les maisses comme les ouvris,
Quand on s’erpouse, tout contint dè s’n’ouvrage,
Après n’d’ journée qu’on a timpe couminchi,
T’a n’in coup n’cloque fait intinde es’vwè claire
Et chaque batt’mint pas l’esco est rindu ;
Sarout-ce pou n’fiesse ? Pou in mourt enn’ prière ?
Non, c’est d’Baulé què l’cloque sounne au pierdu.

Au temps passé qu’t’ alintour du village,
A l’ place des champs cè n’astout q’in grand bos,
In étranger, rindu, pierdou courage
Dè n’ni trouver su s’chemin n’seul maiso ;
El nute venout, i d’allout s’lèchi tchère,
Quand il intind n’cloque qui sounnout l’salut,
I s’a r’trouvé ! Et il a lèchi n’terre
Pou tous les djous fait sounner au pierdu.

Despus c’temps-là, qui pieuffe, qui neige, qui djèle,
Ou bi qu’les blés meurichonssent su les tchamps,
Qui fasse nwère nute, què l’ ciel seuche plein d’estwelles,
On intind n’ cloque qui rappelle ses effants,
I n’a pu d’bos et à l’place des vîs chênes,
C’est des maisos d’Dinant s’qu’au Nom d’ Jesus ;
Il a des t’ch’mins, des pavés t’avau l’plaine ;
Pouquè faut-i co qu’on sounne au pierdu ?

C’est pou nos dire qu’è d’su c’terre dè passage,
Nos n’astons ni toudis mis su l’bon t’ch’min ;
Et qu’si nos v’lons bi fini nos vwéage,
C’est st’à l’église qui faut pinser souvint.
Au malheureux dins l’misère qui sd’ésole
Dè l’querche trop p’sante qui n’d’in pû vraimint pu,
El cloque li dit : « C’est d’lez mi qu’on s’console »
« Non, dessus terre, vos n’astez ni pierdu ».

Comment participer ?

a) vous inscrire auprès d’un des membres du comité. Votre participation ne sera réellement prise en compte que lors de la réception de 25 euros de caution, que nous vous demandons de verser au n° de comte : 750-6539429-41. Cette caution vous sera rendue la semaine qui suit l’événement sur le compte débiteur.

b) Création de votre géant et composition de l’équipe participante lors de la journée du 23 mars 2013. Toutes sortes de matériaux peuvent être utilisés : corde, papier mâché, carton, treillis de poule, peinture, mousse, etc… Laissez libre cours à votre imagination.

Obligations concernant la création de votre structure :
– choisir un thème pour votre géant et les suiveurs (ex. : Blanche Neige et ses nains).
– votre construction ne devra pas dépasser 3 mètres de haut.
– pensez à être pratiques : ne construisez pas quelque chose de trop lourd, il faut pouvoir le porter.

Sur demande, nous serons à votre écoute pour des conseils pratiques de construction, aide ou tout autre question concernant des points techniques.

c) Venir le 23 mars 2013 à la Cité Jardin pour le cortège. Une remise de prix du plus beau géant aura lieu le soir venu.

d) Nous vous tiendrons informés des questions pratiques via une adresse mail de référence.

CONTACTS

vous pouvez nous contacter :
– par mail : baulersevent@hotmail.fr
– GSM : 0478 206 470 (François Hanse, Président du comité)
– adresse : François Hanse – rue du Béguinage, 14 1400 Nivelles

(*) “Cours d’histoire locale de la commune de Baulers” par la Sœur THERESE-MARIE, 1948, Etablissements I.P.C.A., rue des liégeois 47, Ixelles.

@Rif tout dju – revue bimestrielle * 59e année * janvier-février 2013 * n°504 * page 7-9
Pour tout contact : 0488 812 361 et 067 85 66 34 (G. Lecocq)
Bureau : 10 faubourg de Bruxelles, 1400 Nivelles (ouvert le mardi et le jeudi de 10 à 17 heures)

Laisser un commentaire